Divi – Le thème WordPress Ultime

Divi – Le thème WordPress Ultime

Divi - Le thème WordPress Ultime

Dans la galaxie WordPress, les thèmes pleuvent par milliers. Mais il y en a un qui mérite que l’on s’y intéresse de plus près tant il offre une nouvelle dimension à votre interface Web

.

Plus qu’une template

Édité par Elegant Themes, Divi n’est pas une template comme les autres. Au lieu de vous proposer une mise en page toute faite, on vous met ici aux commandes en vous permettant d’éditer votre site directement depuis le Front-end. Non seulement il est possible d’éditer son site en modifiant directement le texte sur la page mais il est aussi possible de le construire blocs par blocs ou plutôt lignes par lignes à l’aide de nombreux modules plutôt bien conçus. 

Le futur de WordPress?

Au plus on utilise Divi, au plus on se dit que c’est comme ça que WordPress aurait dû être conçu depuis le début. Une fois l’installation effectuée, on commence à mettre ses mains dans l’interface. On ajoute une page ou un article et on clique sur le bouton ‘Utiliser le visual Builder’. On arrive sur la page du site et à chaque emplacement, on peut insérer un élément: un bloc de texte, une image, une vidéo ou une bannière animée. Évidemment, il est possible d’insérer du code HTML. La mise en page du site s’en trouve grandement simplifiée et après un peu de temps, on finit par ne plus pouvoir s’en passer. 

Une multitude de child-themes disponibles

Divi n’est pas une template à proprement parler. Donc, si vous recherchez un look particulier et que vous souhaitez faire appel à une template, il vous faudra installer un child-theme compatible et ceux-ci sont légion sur le Web: il vous suffit d’effectuer une recherche Google. L’avantage du child theme est d’offrir une mise en page toute faite mais elle peut entraîner des soucis de compatibilité. Il faudra donc être prudent quant au développeur et s’assurer de bénéficier d’un bon service après-vente.  Et il est tout à fait possible de créer visuellement son site de A à Z en utilisant les différents modules. 

 

Une sauvegarde des mises en pages et des modules globaux

L’un des points forts de Divi, c’est sa librairie qui vous permet de sauvegarder vos mise en pages. Vous pouvez dès lors garder une structure cohérente entre vos pages tout en effectuant des adaptations rapides si nécessaires. Les modules globaux quant à eux restent identiques sur tout le site. Une fois que vous changez l’un d’entre eux, tous se mettent à jour automatiquement.  C’est pratique si vous souhaitez utiliser un élément récurrent sur le site comme une promotion par exemple: plus besoin d’aller modifier le code sur chaque page où elle est installée, un seul clic suffit. 

Un service après-vente exceptionnel et des mises à jours régulières

Le développeur, Elegant Design, offre des mises à jours à un rythme effréné. Chaque semaine, Divi se voit augmenté par de nouvelles fonctions, comme l’ajout d’animation ou d’ombrage sur les modules, sans oublier les indispensables mise à jour de sécurité. Le service technique est facile d’accès et répond dans un délai acceptable d’un ou deux jours ouvrables (parfois beaucoup moins) et les différents opérateurs n’hésitent pas à accéder directement à votre site via un module prévu afin d’effectuer les modifications nécéssaires. Le tarif quant à lui est tout à fait raisonable, puisque le thème est proposé au tarif de 89$/an ou 249$ à vie et peut être installé sur un nombre infini de sites. 

Pour tous ceux qui cherchent à simplifier le travail de mise en page et d’édition de textes, DIVI offre une nouvelle manière de concevoir la création d’un site Internet. Les débutants parviendront à de bons résultats sans connaissances particulières en programmation tandis que les experts auront le plaisir de tout pouvoir configurer en toute simplicité. Si certains bugs peuvent parfois survenir, il faut avouer qu’ils sont rares et souvent issus d’un problème de compatibilité avec d’autres plugins. Nous ne travaillons qu’avec ce thème et c’est les yeux fermés que nous vous le recommandons pour tous vos sites développés sous WordPress. 

Iphone X: Le DLSR-Killer?

Iphone X: Le DLSR-Killer?

IPhone X: Le DLSR Killer?

Pourra-t’on bientôt se passer d’une caméra ou d’un appareil photo pour réaliser des vidéos? Chaque année, les fabricants de smartphone augmentent les caractéristiques de leurs appareils au point d’offrir un outil réellement compétitif avec des fonctionalités surpassant même les meilleures caméras du marché. Bye bye les DLSR? C’est ce que nous allons voir.

.

Ceci est une révolution

Inutile de le nier: la puissance des smartphones ne fait que se décupler avec le temps.  L’iPhone X embarque un processeur 64bit équipé d’un tout nouveau moteur neuronal et de coprocesseurs dédiés aux applications graphiques. Il offre deux objectifs sur chaque face: Un grand angle affichant une ouverture allant jusqu’à F1.8 et un téléobjectif avec une ouverture de F2.4. Équipé d’un filtre infra-rouge, d’un système de stabilisation optique, Apple a également mis au point une floppée de programmes dédiés à la reconnaissance faciale et à l’amélioration de l’image. Niveau vidéo, la marque à la pomme nous propose de l’enregistrement 4K jusqu’à 60 images/secondes (!!!) et des ralentis en full HD allant jusqu’à 240 images / secondes. Le tout avec une réduction du bruit vidéo et un encodage en H264 et HEVC. Si un appareil photo offrait une fiche technique aussi monstrueuse, nul doute qu’il deviendrait la star des vidéos-blogueurs.

Une caméra dernier cri toujours en poche

Et c’est bien cela qui avantage les smartphones face à nos boitiers encombrants: notre téléphone nous accompagne de jour comme de nuit. On passe en moyenne 2 heures par jour les yeux rivés sur ce petit écran.

Dès lors, lorsque l’on voit une image qui nous impressionne, il nous suffit d’un clic pour la capturer. C’est un outil incroyable pour tous réalisateur ou photographe qui souhaite ‘prendre des notes’ en préparation à un shooting par exemple.

À cet égard, disposer d’une meilleure qualité est plus qu’appréciable. D’autant que le smartphone va automatiquement améliorer le rendu final, donc on peut dire que si vous êtes incapable de prendre une bonne image avec un iPhone, vous n’y arriverez probablement pas avec un DLSR plus manuel. 

Quid de l’usage professionnel?

Alors que les puristes raillent l’usage du smartphone en tant qu’outil professionnel, le secteur des news n’a pas attendu.

Et il n’est pas rare de voir un journaliste faire son standup lui-même avec un IPad et un support. Voilà de quoi effrayer la profession  tant il est vrai que ce genre d’outil ne coûte rien (1200 euros) au regard du prix d’une caméra broadcast standard, même d’entrée de gamme (au bas mot 30.000 euros avec un objectif, sans compter le cadreur).

Pire, la qualité de l’image de l’Iphone ou du Samsung risque d’être bien meilleure. Et d’offrir plus de facilités pour la diffusion live via Skype ou Facebook par exemple.

À ce jour, la seule vraie limitation du smartphone pour les news concerne l’objectif utilisé qui limite les possibilités de Zoom ainsi que le faible rolling shutter qui a tendance à faire des effets de bocal lors des mouvements rapides. Mais cette dernière limitation ne sera sans doute plus d’actualité dans les prochains modèles. 

Et le cinéma?

Michel Gondry a réalisé un court-métrage à l’iPhone. Intitulé ‘Détour’, le réalisateur a tiré parti du petit format de la caméra pour réaliser assez simplement des plans qui seraient beaucoup plus compliqués à obtenir avec un rig classique. 

 

Tangerine est un long-métrage entièrement tourné à l’iPhone qui a fait sensation au Sundance Film Festival. Pour obtenir une image cinématographique, le directeur photo a utilisé un petit adaptateur anamorphique afin d’obtenir le fameux look cinéma, cher à tous les filmmakers du monde entier. 

Panasonic, Sony, Red et Arri ont-ils du souci à se faire?

Ce qui est certain, c’est que l’on va commencer à se poser des questions quant à la technologie embarquée sur les caméras haut de gamme. Qu’il n’y ait pas le moindre stabilisateur optique du capteur et très peu de connectivité sur les modèles de bases en devient franchement génant.

 

Néanmoins, le plus gros avantage des appareils photos et autres caméras en tous genres consiste à pouvoir fixer des objectifs devant le capteur. Et bien sûr, c’est là que les smartphones sont clairement hors jeu. On imagine mal Hollywood se passer du look unique des optiques Panavision, Angenieux ou autres Cooke. De la même manière, le fait de ne pouvoir récupérer qu’un fichier compressé disqualifie pour l’instant les smartphones dès qu’il s’agit de réaliser un film qui nécéssite un tant soi peu de post-production. 

L’histoire est en marche et elle évolue très clairement dans le sens d’une technologie toujours plus puissante et toujours plus accessible en terme d’images. Mieux vaut s’en réjouir même si il est clair que des corps de métiers entiers vont en être impacté. Et à contrario, le perfectionnement technologique a tendance à faire ressurgir les bonnes vieilles techniques analogiques et l’on voit encore beaucoup de réalisateurs qui préfèrent la pellicule d’antan face aux capteurs CMOS. Enfin, la caméra reste avant tout un outil, aussi perfectionné soit-il. Dès lors, seul compte réellement l’oeil du caméraman ou du photographe. Lui seul pourra faire la différence sur le set que ce soit avec un smartphone ou une Red Epic.

Doit-on savoir coder pour créer un site Web?

Doit-on savoir coder pour créer un site Web?

Doit-on savoir coder pour créer un site Web?

Si cette question aurait provoqué un haussement de sourcils il y a à peine cinq ans, aujourd’hui les offres gratuites se multiplient et les outils ne manquent pas pour créer son site sans aucune connaissance en programmation. Pour quels résultats? C’est ce que nous allons voir.

.

De l’HTML au PHP en passant par le CSS et le Javascript

Au commencement, le Net était statique et se codait en HTML, un langage fait de balises pour décrire le contenu, appliquer une mise en page ou créer des liens hyper-texte. Chaque mise à jour  impliquait une ré-écriture du code source de la page, ce qui augmentait les erreurs possibles et limitait drastiquement les possibilités de collaboration. Au fil des évolutions, le langage s’est enrichi pour en arriver à sa cinquième version de nos jours et il a été complété par d’autres langages qui ont permis la création de sites dynamiques, tous structurés autour d’une base de données. Plus besoin de modifier le code source pour ajouter un article. Ceux-ci sont rédigés sur une interface en backend puis affichés sur les pages frontend par un système de gestion de contenu dynamique: Le CMS, pour Content Management System.

Les offres de création de sites gratuits

Parallèlement à cela, une nouvelle forme d’outils fait son apparition: les blogs. Désormais, chacun est libre de publier son contenu sans forcément avoir à apprendre le HTML. Certains ne tardent pas à y voir une formidable opportunité:  désormais, on peut offrir à Monsieur-tout-Le-monde la possibilité de se créer son site sans faire appel aux services d’un Webmaster. Mieux encore: la plupart de ces services sont proposés gratuitement. Il est donc possible de se créer un site pour 0€ et sans rien n’y connaitre! Génial, non? Eh bien non, pas vraiment, tout dépend réellement de la nature de vos besoins. 

Quelle efficacité réelle?

Le plus connu de ces services est wix.com mais il y en a d’autres comme Weebly, Godaddy ou Site Builder. Avec de superbes templates, un rendu adapté aux différents supports tels que les tablettes et les smartphone (on dit responsive design quand on est branché), on ne peut nier la performance d’une offre qui se décline sur le modèle du freemium. Vous ne payez rien pour commencer mais si vous voulez accéder à un meilleur service, vous devez souscrire à un abonnement. Si possible à vie. Vous l’aurez compris: ne comptez pas récupérer votre site si pour l’une ou l’autre raison vous décidiez de renoncer à votre abonnement. 

Un référencement et des options de personnalisation limités


Le plus gros problème de ces services, c’est qu’on accepte d’en faire la publicité gratuite: L’URL même de votre site devient un support publicitaire pour son hébergeur. Sauf si vous payez, évidemment, et vous pourrez alors disposer d’une adresse individuelle. L’autre point noir se pose en terme de positionnement Web. C’est bien simple; il vous sera impossible d’optimiser votre positionnement Google. Aucun Webmaster ne pourra plonger dans l’infrastructure du site. Et il est également impossible d’ajouter une option qui n’a pas été prévue par l’hébergeur. Dès lors, il faut se rendre à l’évidence: ces offres s’adressent surtout à ceux qui considèrent leur site comme une carte de visite et pour qui la visibilité n’est pas un critère important. 

La montée en force d’un CMS pas comme les autres: WordPress.

 

28% des sites au monde sont générés par WordPress. De nos jours, à moins d’avoir des besoins très spécifiques, il n’y a aucune raison de ne pas s’en remettre au roi des CMS. Propulsé par une imposante communauté, WordPress est mis à jour dès qu’une faille de sécurité est détectée. Il est optimisé pour le référencement et dispose d’une bibliothèque de plugins permettant de faire à peu près tout ce que l’on veut. Enfin, WordPress est intégralement gratuit. Seuls ses plugins peuvent être payants et sont souvent proposés sur le modèle du freemium ou du donationware. Contrairement aux offres de sites gratuits, WordPress demande qu’on lui accorde du temps et une courbe d’apprentissage est inévitable afin d’en tirer pleinement parti. 

 

 

Doit-on savoir coder pour utiliser WordPress?

Connaître le HTML et le CSS est un atout plus qu’appréciable pour travailler sur le Web et ce, quelle que soit la plateforme employée. Mais de nos jours, tous les efforts sont faits, notamment sur WordPress, pour rendre les interfaces ‘Plug and Play’. Dans la plupart des cas, le gros du travail consiste à installer une template et des plugins, les paramétrer et insérer du contenu via des éditeurs comportant tous les boutons nécessaires pour appliquer la mise en page. Avec l’aide des forums, des supports techniques et de quelques tutoriels, on peut imaginer qu’un utilisateur ne connaissant absolument rien au codage puisse créer un site Web performant avec WordPress. Toutefois, qu’on ne s’y trompe pas: cela n’est ni simple, ni rapide et il faut être prêt à y consacrer de longues heures et parfois s’arracher les cheveux lorsque l’on rencontre un bug ou quand on ne parvient pas à appliquer un réglage. Mais le jeu en vaut largement la chandelle, tant les possibilités sont infinies grâce aux plugins qui vont du simple affichage d’image jusqu’à la gestion complète d’un agenda ou d’un site d’e-commerce. 

Il n’est pas forcément nécéssaire de savoir coder pour créer un site. Grâce au développement de ses outils, le Web offre une multitude d’options pour générer des blogs voire des sites complets sans avoir à entrer une seule ligne de code. Mais l’apprentissage de bases en HTML et CSS  nous paraît tout de même essentiel pour comprendre ce que l’on fait et tout simplement garder le contrôle. Tout comme on n’irait pas vivre dans un pays étranger sans au moins emporter un guide et un dico, se former sur les bases du langage HTML est un pré-requis essentiel pour communiquer sur le World Wide Web.

Création de Pop Productions

Création de Pop Productions

Le parc est ouvert

Après plus de dix ans de travail freelance pour la pub, la télévision, le théâtre et la production cinéma, Lotfi Bendimered et Florence Dangotte unissent leurs force avec une nouvelle société prête à vous aider à gravir les sommets.

Une agence orientée vers le monde de demain

En 2017, le Web est omniprésent et chacun doit disposer d’une visibilité sur la toile. Qu’il s’agisse de vendre des produits, des services, de gérer son e-reputation ou de sensibiliser le public, tout passe par le world wide web. Les moteurs de recherche sont tout puissants et sélectionnent pour le public les informations pertinentes. Qu’il s’agisse de Google, de Facebook ou d’autres moteurs de recherche, la vidéo devient un critère crucial pour bénéficier d’une bonne visibilité. Partant de là, nous avons constaté qu’il était urgent d’offrir à nos clients un double service: la création de vidéos et de sites Internet. 

Un premier clip pour amorcer la fiesta

On commence en force avec un premier projet de clip vidéo pour l’artiste T.K. Russel dont le tournage se déroulera fin aout. Un défi créatif à relever avec beaucoup de scènes à tourner en un minimum de temps, bref des conditions optimales pour débloquer de nouvelles perspectives.

Un site Internet clair et concis

Bien que d’habitude les cordonniers soient les plus mal chaussés, nous avons pris le plus grand soin pour mettre en place un site Internet moderne, clair et concis. Ses fonctionnalités seront étendues au fil du temps afin d’offrir une véritable plateforme pour interagir avec nos clients. 

Des bureaux tous frais, tous neufs pour doper la création

Avec un siège social implanté au coeur du Hainaut, nous souhaitons également offrir un relais aux sociétés bruxelloises qui chercheraient des collaborateurs en région Wallonne. 

Nos bureaux pour leurs parts sont situés au BLSI, à Woluwe-Saint-Lambert et offrent tout le confort nécéssaire en termes de salles de réunion, de connexion Internet et de parking. N’hésitez pas à nous rendre une petite visite autour d’un café ou d’un lunch meeting!

Let’s get this party started!

Si vous recherchez un prestataire pour réaliser votre vidéo, cliquez ici.

Si vous recherchez un site Web à la pointe de la technologie, cliquez ici. 

Si vous souhaitez juste vous balader entre nos pages, cliquez ici.

Et à très bientôt pour de nouvelles aventures. 

L’équipe de Pop Productions